• Rivières de Haute Alsace

Rivières de Haute Alsace, partenaire du Plan Rhin Vivant

Rivières de Haute Alsace, le Syndicat Mixte des cours d'eau du sundgau oriental ainsi que le Syndicat Mixte des cours d'eau et canaux de la Plaine du Rhin sont partenaires du Plan Rhin Vivant.



Il existait autrefois le long du Rhin une multitude de petits cours d’eau et de chenaux alimentés par le Rhin au gré des saisons et des variations de niveau. La canalisation du Rhin puis la mise en place du Canal d’Alsace ont créé une barrière entre les petits cours d’eau de la plaine du Rhin et le Rhin coupant totalement leur alimentation.


Des prises d’eau ont été mises en place pour alimenter les principaux cours d’eau mais privés de la dynamique du Rhin, de nombreux milieux humides situés dans d’anciens bras du Rhin ont disparu. Or ces annexes hydrauliques constituaient de véritables réservoirs de biodiversité en proposant une multitude d’habitats pour la faune et la flore. Leur disparition a conduit à une banalisation des milieux et des espèces.


De nombreux projet sont en cours d'étude et devraient émerger dans les prochaines années dans le Haut Rhin afin de restaurer ces milieux.


A l'occasion du dernier séminaire du Plan Rhin Vivant, l'Agence de l'Eau Rhin Meuse a réaliser un film mettant à l'honneur un aménagement précurseur réalisé au début des années 2000 par le Conseil Départemental du Haut Rhin.


Voir la video


Le projet a consisté à réactiver l’Eiswasser, un de ces anciens bras situés entre Baltzenheim et Artzenheim.


La première étape a été de mettre en place une prise d’eau sur le Rhin en amont du système pour l’alimentation. Puis la végétation présente dans les anciens bras a été coupées et les bras approfondis pour rétablir les écoulements. C’est ainsi près de 10 km de bras ou de cours d’eau qui ont été reconnectés ou recréées, 120 mares soit 25 ha de milieux alluviaux qui ont été restaurés pour un montant de travaux de l’ordre de 1,5 M€HT (cofinancement de près de 40% par les fonds européens). La vanne permet de moduler les débits afin de reproduire les variations autrefois liées aux crues du Rhin.


Ces travaux ont ainsi permis de recréer un milieu fonctionnel recolonisé par les espèces végétales et animales spécifiques aux milieux rhénans. On y retrouve des roselières, une quarantaine d’espèce végétale patrimoniale, une dizaine d’espèce végétale classée, de nombreuses espèces d’amphibiens (grenouille, rainette, crapaud…), de reptiles, d’oiseaux…



15 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout